Merci à F Odasso dans notre temps

Accueil

Santé Forme

Dossiers

Alimentation et santé

Le poivre, l’ami de nos muscles

 

 

Le poivre, l’ami de nos muscles

Par Frédérique Odasso le 20 août 2017

Partager

Tweeter

Jadis rare, convoité et onéreux, le poivre a pris place dans nos cuisines? S’il taquine nos papilles avec son goût piquant, il renferme aussi de nombreux bienfaits.

Avec le docteur Jacques Labecat, médecin phytothérapeute 

  • Le saviez-vous?

Issue des baies du poivrier, liane tropicale de la famille des pipéracées, la fameuse épice originaire d’Inde s’est aussi développée en Asie du Sud-Est, à Madagascar et au Brésil. Ce pilier de la médecine indienne ayurvédique et chinoise tire son nom du sanskrit « pippali », devenu en grec « peperi », puis en latin « piper ». 

Rare et précieux, il fut pendant des siècles une monnaie d’échange et un moyen d’estimer la richesse, ce qui valut à bon nombre de nobles d’être affublés du sobriquet « sac à poivre ». Nous lui devons l’expression « payer en espèces (épices) ».

  • Les bienfaits du poivre

Anti-inflammatoire, antalgique, c’est un excellent nettoyeur de toxines et d’acide lactique. Il réchauffe et décontracte en cas de courbatures, fatigues musculaires ou maux de dos, et aide à préparer à l’effort physique. Sa richesse en pipérine lui donne des propriétés digestives remarquables, optimisant l’absorption de nombreux oligo-éléments, vitamines, minéraux… 

Contribuant à la synthèse d’acide chlorhydrique par l’estomac, il favorise la digestion des aliments, ainsi que l’expulsion du mucus en cas d’affection bronchique. Antioxydant, il serait, comme de nombreuses épices, pourvu de propriétés anticancéreuses.

  • Comment l’utiliser?

En cuisine: Ajouter du poivre sur les viandes, poissons, légumes, en n de cuisson ou à table pour conserver ses bienfaits. Une petite pincée pour ne pas avoir la bouche en feu, ou plus pour les palais aguerris!

En aromathérapie: Pour se préparer à un effort physique, décontracter les tensions musculaires et soulager courbatures et maux de dos: diluer 1goutte d’huile essentielle (HE) de poivre noir dans 10gouttes d’huile végétale (HV) d’amande douce ou d’HV de millepertuis (à condition de ne pas l’utiliser avant d’aller au soleil car elle peut être photosensibilisante). Masser deux fois par jour. 

Pour booster l’assimilation des nutriments et la digestion: 1goutte d’HE de poivre noir dans 1cuillerée à café de miel deux fois par jour, en traitement de 1 à 3 semaines.

En cas de bronchites, trachéites ou rhinosinusites: masser le thorax avec 1goutte d’HE de poivre noir diluée dans 10gouttes d’HV de millepertuis. Appliquer avant le coucher.

  • Précautions d’emploi

Ni l’épice ni l’huile essentielle de poivre noir ne conviennent à la femme enceinte ou allaitante, à l’enfant avant 6ans, aux personnes souffrant de gastrite, hypersécrétion d’acide chlorhydrique et brûlures d’estomac, problèmes circulatoires veineux et hémorroïdes.

  • N’est pas Piper Nigrum qui veut! 

Bon nombre de baies en usurpent le titre, mais n’est pas poivre qui veut! Les faux poivres du Sichuan, roses, ou de Jamaïque, bien qu’appréciables en termes de goût et de piquant, ne font pas partie de la famille des pipéracées. 

Ils ne présentent pas l’intérêt thérapeutique de l’illustre Piper Nigrum, le poivre noir qui en fait voir de toutes les couleurs à nos palais. Le vrai poivre est vert, noir, rouge, gris ou blanc, selon son degré de maturation au moment de la récolte et de son mode de préparation.

À lire aussi: 
Cancer: les 20 aliments à privilégier

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.